.Les Himba

 

 

 

En 2002, Katrien et moi avons fait un circuit en voiture de location en Afrique du Sud. Ce voyage nous a amplement donné l'occasion d'admirer les vues superbes du Cap jusqu'à Johannesbourg (Au bout de ce voyage nous avions conduit environ 5500 Km!) . Oudtshoorn, la réserve naturelle Hluluwe, une visite au Zulu et le Parc National Kruger (ou nous avions la chance de voir les 'big five') ne sont que des souvenirs inoubliables. Le voyage restera dans nos mémoires pour toujours: j'y reviendrais sans doute, j'aimerais passer le reste de mes jours ici. Une soirée, pendant un dîner avec les hôtes du même établissement, la Namibie était sujet de conversation: dans ce pays désert, la nature serait même plus immaculée et les paysages incomparables.

Juillet 2004: On fait un voyage en voiture en Namibie, 'le perle d'Afrique'. La splendeur de ce pays est sans nom. Après deux jours seulement, je me retrouve avec mes sens sursaturés, tel est-il impossible de capturer les vues sensationnelles. Si on voit le lever du soleil sur un lac plein de pélicans et le seul bruit audible est produit par les poissons qui font hommage au soleil, on se sent très petit. En Namibie, quelqu'un peut découvrir la vraie signification du mot 'silence': on y entend chaque rameau se briser dans le vent du désert.

Le point culminant de notre voyage est sans doute la visite aux Himba. Une tribu nomade dont les femmes se recouvrent d'une couleur rouge ocre ce qui leur donne un éclat unique et formidable dans le soleil du désert. Les Himba font partie des gens plus les beaux que j'ai jamais vus. Les Himba ébahissent. Katrien devait m'empêcher d' utiliser toutes les pellicules qui nous restent pour les photos de ces femmes et enfants incroyables.

De retour en Belgique, il fallait faire quelque chose avec cette pureté incomparable: j'ai décidé de commencer à peindre et vite je me retrouvais à la papeterie locale pour du matériel de peinture. Je voulais immortaliser cet éclat rouge et unique des femmes Himba. Le choix pour la peinture à l'huile était évident, réfletant le caractère et la nature des Himba. Quand j'ai voulus payer ma boîte d'introduction à la caisse, la caissière m'adressait d'un air très intéressé: "O vous allez peindre… dommage que je n'aie plus le temps à faire ça…" J'expliquais: "Je n'ai jamais peint avant…" La demoiselle m'a répondu: "Vous n'avez pas besoin de médium à peindre alors ? " Je n'avais jamais entendu parler de médium, mais après quelques instants j'avais compris que je n'allais pas peindre grand-chose sans cette solution à base d'essence et de l'huile de lin. Cette rencontre se révélera de grande valeur, car la demoiselle m'aidera plus tard avec le choix sublime du cadre de ma première peinture, 'The Himba woman' (18 x 24), visible sur la page principale. Il est difficile à croire que je n'avais jamais touché un pinceau avant. J'ai travaillé huit jours sans arrêt et avec tout mon coeur, mais le résultat y est: pleine de plaisirs secrets elle me regarde... Des fois elle paraît triste et parfois elle semble me regarder d'un air moqueur: " que est-ce que tu viens de chipoter maintenant ? "

Jugez vous-même …